feminismes_pluriels

Au cours du siècle dernier, le féminisme s’est construit et a évolué dans le contexte politique et économique mouvant des deux guerres, de la révolution culturelle de mai 68 et des bouleversements climatiques entrainant les catastrophes humaines annoncées. Des concepts se sont forges et ont permis de mieux cerner les enjeux de l’émancipation des femmes, tels celui de patriarcat ou celui de genre. Des alliances se sont tissées entre femmes du nord et du sud.

Des observateurs de toutes disciplines soulignent les changements et les mutations culturelles au sein de nos sociétés occidentales où les questions de bien-être individuel et de développement personnel ont peu e  peu pris la place des recherches de solutions collectives. Le féminisme, dans sa particularité de demarche émancipatrice, tient compte de ces deux pôles, c’est l’une de ses grandes richesses mais c’est peut-être aussi une des raisons des reproches qu’on lui fait si souvent. Le féminisme serait depasse, selon certaines, il aurait fait " fausse route " et serait devenu obsolète alors que, par ailleurs, d’autres voix appellent e  la vigilance, les droits conquis n’étant pas forcement protégés par les lois contre des attaques et des reculs.

Alors que certains proclament la mort du féminisme, des rapprochements se sont opérés entre femmes du nord et du sud au cours des dernières décennies. Ces alliances fécondes annoncent une adaptation créative pour la transition économique inéluctable.

Par ailleurs, devant ces avancees majeures pour les femmes, se profilent des reactions aux difficultés identitaires des hommes. Les defis restent grands. De nombreux ouvrages sont publies chaque année sur le féminisme, ses conséquences et son actualité mais notre ambition ici est de permettre d’y voir plus clair dans les composantes variées de ce vaste mouvement social. Historique et politique, ce petit livre se veut aussi un état des lieux capable de provoquer de nouvelles formes de luttes.