photo 2

 

Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme a présenté ce mercredi 5 septembre 2012 les résultats du premier volet de son Baromètre de la diversité, consacré cette année à l’emploi. Objectif du projet : élaborer un instrument de mesure structurel qui dresse de manière scientifique un état des lieux de la gestion de la diversité en Belgique, et plus largement de l’attitude à l’égard de personnes caractérisées entre autres par leur âge, leur origine, leur orientation sexuelle ou leur handicap. Le Baromètre Emploi 2012 sera suivi d’un Baromètre Logement en 2014 et d’un Baromètre Enseignement en 2016, avant d’entamer un nouveau cycle en 2018.

Ce premier rapport aborde les questions relatives à la discrimination, la tolérance et la participation sur le marché du travail à la lumière de trois études commanditées par le Centre et réalisées par la KULeuven-HIVA et l’ULB-METICES (voir résumé des résultats en annexe). Le rapport final s’appuie également sur les résultats de recherches antérieures réalisées à l’échelon régional ou européen. Il s’agit donc de l’exercice le plus complet à ce jour.

 « Indispensable parce qu’on ne peut lutter efficacement contre la discrimination et les inégalités que si on a clairement identifié leur ampleur, leur forme et les éventuelles poches de résistance », poursuit Edouard Delruelle. « Si ce premier Baromètre a confirmé l’accès inégal à l’emploi de certains groupes-cibles, tels que les personnes d’origine étrangère ou les personnes handicapées, il a aussi clairement mis en avant un phénomène souvent absent du débat sociétal, à savoir la discrimination des (candidats-)travailleurs de plus de 45 ans. Voilà un enseignement qui nous concerne a priori tous et démontre en soi toute l’utilité de la démarche.  » 

Début 2012, un Eurobaromètre spécial avait déjà alerté les politiques et partenaires sociaux en classant la Belgique parmi les cinq pays européens qui réalisent les moins bons scores en matière de discrimination relative à l’âge. L’écart entre le taux d’activité des personnes de plus de 55 ans et celui des 25 à 54 ans est l’un des plus grands en Europe.

Les ministres de l’Emploi présents lors du colloque organisés par le Centre, à savoir Madame De Coninck, pour l’Etat fédéral, et Monsieur Cerexhe, pour la Région de Bruxelles-Capitale, ont unanimement souligné l’importance de disposer de telles données pour mieux cibler les mesures à mettre en place en matière d’accès à l’emploi. La négociation du futur accord interprofessionnel dans les prochains mois sera certainement l’occasion d’y revenir.

Télécharger le baromètre