Le Dr. Albert Mehrabian de l'UCLA (Université de Californie à Los Angeles) a mis en évidence dans une récente étude qu'en situation de communication, seulement 7% du message est transmis par les mots, 38 % par la voix et 55 % par le langage non verbal. Les Italiens et les Français, usant souvent de cette manie très latine du langage corporel peuvent être soulagés!

De plus, entre autres dans un contexte international, la communication peut agir comme révélateur important des particularités qui peuvent causer des difficultés, faisant émerger la question de la gestion de la communication interculturelle. Celle-ci apparait aujourd'hui superflue si aucun problème ne se pose et nécessaire en cas de dysfonctionnements.

"Les réponses de la GRH ne sont pas toujours adéquates car la nature du problème peut parfois être très spécifique au métier, à la fonction ou à la situation en question. On peut d’ailleurs, s’interroger sur le rôle que pourraient jouer les managers intermédiaires dans ce domaine, à savoir s’ils doivent se cantonner à être le relais de la communication-information d’entreprise ou bien assurer un management plus interactif, en partant du postulat qu’il sont correctement formés en matière de communication interculturelle".

Source 1: About.com Human Resources

Source 2: MBA Management des RH, Paris Dauphine